Actualités

Ariane de Rosmorduc 

Tumbleweed

12.05.22 — 25.06.22
Vernissage le jeudi 12 mai  de 17h à 21h
ouvert  mercredi jeudi vendredi 12-18h et samedi 14-18h

Après avoir célébré les mystères et fantasmagories d'un monde sous-marin imaginaire, Ariane de Rosmorduc (Bruxelles, 1967) reprend plaisir à la terre ferme. TUMBLEWEED est le titre de sa nouvelle exposition. Les tumbleweeds, typiques des déserts de l'ouest américain, sont des boules végétales touffues et légères qui une fois asséchées, se détachent de leur racine et roulent au gré du vent. Les westerns et les médias visuels ont conduit à une signification symbolique de cette plante mystérieuse qui s'agite et tourne sur elle-même en toute légèreté, dans des lieux désolés, vidés de leurs occupants. Ariane ne perd pas le fil, quand il s'agit d'interpréter ce phénomène en une métaphore contemporaine sur le sort d'une partie de l'humanité. Cette migration végétale, l'artiste la sublime par des nuances chromatiques très riches et par un travail de la matière époustouflant. Ces vibrations matière/couleur jouent dans l'espace de la toile au point d'y insuffler le mouvement provoquant ainsi, la fuite en avant du "virevoltant"

Infos pratiques
Horaire
Mercredi
12:00-18:00
Jeudi
12:00-18:00
Vendredi
12:00-18:00
Samedi
14:00-18:00
Adresse
Rue Paul Lauters, 36
1050 Bruxelles - Belgique
Contact
+32 (0)2 646 00 04
zedes.art.gallery@gmail.com
Site web
Description

Après avoir célébré les mystères et fantasmagories d'un monde sous-marin imaginaire, Ariane de Rosmorduc (Bruxelles, 1967) reprend plaisir à la terre ferme. TUMBLEWEED est le titre de sa nouvelle exposition. Les tumbleweeds, typiques des déserts de l'ouest américain, sont des boules végétales touffues et légères qui une fois asséchées, se détachent de leur racine et roulent au gré du vent. Les westerns et les médias visuels ont conduit à une signification symbolique de cette plante mystérieuse qui s'agite et tourne sur elle-même en toute légèreté, dans des lieux désolés, vidés de leurs occupants. Ariane ne perd pas le fil, quand il s'agit d'interpréter ce phénomène en une métaphore contemporaine sur le sort d'une partie de l'humanité. Cette migration végétale, l'artiste la sublime par des nuances chromatiques très riches et par un travail de la matière époustouflant. Ces vibrations matière/couleur jouent dans l'espace de la toile au point d'y insuffler le mouvement provoquant ainsi, la fuite en avant du "virevoltant"