Actualités

Appearances, a group exhibition

14 Mai 2021 - 28 Août 2021 
May 14, 2021 - August 28, 2021

Notre démarche chez The Palm Beach Gallery en organisant l'expositon des 9 artistes (re)présentés ci-dessous, est de mettre en valeur, de faire découvrir, dans un bel écrin de nouvelles démarches. Partageant le même interêt, le même but, celui d'être vu, revu et de provoquer les réactions. Ici, tous les styles sont permis; de la photo osée à la peinture
thérapeutique, la céramique faussement sage, en passant par la photo végétale - la candid photo...
Ici, rien ne laisse de marbre. Venez voir par vous-même...
Comme un avant goût des expositions à venir.

Joni Brown : Les thèmes que j'explore à travers le processus de création sont l'identité, la dissimulation et la divergence entre la perception et la réalité. J'explore également les relations et la dynamique familiale et les rôles que nous jouons dans ces constructions.

Frank Devos : Frank est particulièrement attiré par la Street Photographie, lors de ces voyages professionnels, ou privés. Il n’hésite pas également à utiliser ses acteurs lors de ses tournages, pour les photographier hors ou dans le contexte du film. Ce qu’aime Frank, c’est de raconter des histoires. Il aime observer le comportement simple des êtres humains qui croisent son chemin. On retrouve cette passion, dans son travail publicitaire, principalement basé sur la comédie de situation, et dans son travail de fiction, basé également sur la comédie, mais plus sombre, plus intimiste. On retrouve cette passion, également dans son travail photographique., ou il est encore plus libre, car sans contrainte aucune. En photos, il laisse totalement libre son intuition naturelle et spontanée.

François-Xavier Defosse : Le Japon, pays merveilleusement photogénique… Lors de mon périple, mon œil de photographe a tout de suite été captivé par la luxuriante et étonnante nature Japonaise. D’extraordinaires paysages, de splendides mousses sont visibles à chaque coin de rue. Au hasard de notre voyage, j’ai découvert les roches de Senjojiki, sur la côte de Wakayama, une merveille naturelle ! La série de photos que je présente s’intitule « Minéral végétal » Un dialogue entre le minéral et le végétal ! Une opposition marquée entre deux matières, chacune faisant ressortir l’autre. Un équilibre très recherché au Japon et que j'apprécie particulièrment.

Jean-Noel Guillemain : Sexe et religion, les deux s’opposent autant qu’ils s attirent . Questionnement photographique sur cette dualité. L’art sacré volontairement sexualisé grâce à mes propres photos. Parfois jusqu’au blasphème. Pas de morale ,mais de l’esthétisme. Un travail photographique fait de collages. Iconoclaste, casseur d’icônes, pour célébrer le vivant.

Grégory Georgescu : "Egarement jubilatoire de la beauté escomptée. La transformation de la boue en objets merveilleux et étincelants est un acte alchimique. Le plein pouvoir exercé sur la terre durant le modelage s'oppose à l'incontrôlable travail des émaux. Un lien étrange entre l'amour et le sadisme se tisse au cours du travail : construire, griffer, salir, surcharger, une expiation de frustrations, une revanche sur la fatalité de la vie. Des Pierres précieuses pavent les yeux des sculptures, idoles aux sourires inquiétants. Jouet d'enfant ou fétiche mystérieux, elles sont empreintes par la tradition sculpturale de l'objet charmant. Une intention fleurie qui s'égare au fil du processus, s'y imprègnent des nuances grotesques, reflet de l'ambiguïté d'une réalité multifacette."

Stéphane Opdenbosch : A l’instar des caméras cachées, la Candid Photography surprend les sujets dans un moment donné, sans qu’ils aient conscience d’être photographiés. Une situation qui raconte une histoire, pousse à réfléchir, ou tout simplement donne le sourire. « Mon but est de créer dans chaque image une composition naturelle qui est impossible à reproduire. De plus, mon expérience en publicité me permet de construire mes photographies comme des annonces publicitaires, avec un petit message qui aide à décoder l’image afin de susciter une émotion. Parfois, tout est dans le détail, de sorte qu’il faut parfois regarder l’image à plusieurs reprises pour en découvrir la subtilité. Mais après, on ne voit plus que ça ! »

Fabien Ruyssen : Cette œuvre représente une période artistique habitée par le sentiment de solitude et d’isolement. Crée à partir d’un vieux tiroir d’imprimerie, j’ai enfermé tous ces sentiments dans des petites cellules afin de les canaliser. La technique de transfert sur plexiglas est là pour apporter une touche onirique.

Daniel Storz : « intéressé par les éléments graphiques des végétaux, il collecte des pousses, des feuilles, des baies, des graines...au bord des chemins, en campagne, en forêt...là où ses pas le mènent. Il les triture, les découpe, les digitalise, les imprime, les détourne et les décale. Il joue avec les transparences, il les colore à l’encre, au pastel, au fusain et à l’or ...pour les sublimer. »

Mathieu Zurstrassen : Sculptures cinétiques et mobiles: Mathieu Zurstrassen aime les machines, ce qui l'amène à fabriquer avec un luxe d'invention, des machines qui peuvent parfois sembler totalement inutiles. Avec une combinaison d'ornements anthropomorphes et de dispositifs mécaniques complexes, il donne naissance à des créations hybrides, étonnantes. Tout cela n'est-il qu'un jeu assez savant, brillant, mais gratuit? Non, en s'éloignant de notre réalité quotidienne remplie d'appareils, en les détournant, il révèle un univers mutant. L'art est toujours un jeu avec la matière et le temps, et Zurstrassen joue avec nos perceptions, l'éphémère et la durée.

THE PALM BEACH - SANDRINE VIU MASIA 

 

Infos pratiques
Horaire
Wednesday to Saturday
14h00-18h00
Adresse
Rue Meyerbeer 61
1190 Bruxelles - Belgique
Contact
0032 474 86 42 45
sandrineviumasia@thepalmbeach.be
Site web
Description

Installée autrefois sous le nom de The Art Project en plein cœur des Marolles, Sandrine Viu Masia, propriétaire et galeriste des lieux, nous transporte depuis 2017 à quelques pas du très chic quartier Brugmann. La galerie The Palm Beach se situe dans un écrin Art Déco réalisé par Joseph Diongre en 1929 (ndlr architecte de l’INR de la place Flagey). Le concept ? un accueil convivial dans une maison atypique. D’après la galeriste, sa mission « est réussie lorsqu’il se crée une symbiose entre les tableaux et la maison. Lorsque l’on ne se pose plus la question de savoir si cela m’appartient ou pas ». Deux univers se croisent dans la maison de Sandrine Viu Masia. Le rez-de-chaussée, d’abord, où nous flânons autour des œuvres dispersées dans les salons. Puis l’étage, white cube en clin d’œil aux galeries d’art plus classiques. Sa spécialité ? En tant que talent developer, la galeriste vous donne rendez-vous chez elle pour découvrir un artiste toujours émergent. Là est le principe-même de cette galerie : Sandrine Viu Masia veille à dénicher les talents de demain, aux œuvres éclectiques. Sa mission est de guider les artistes dans leurs débuts, afin de valoriser au mieux, leur talent.