Actualités

La Galerie Templon, qui travaille avec Claude Viallat depuis 1973, propose de découvrir à Bruxelles un ensemble inédit d’œuvres récentes de l’artiste, Les échelles de Nîmes, qui mettent en valeur un aspect moins connu du travail du fondateur de Supports-Surfaces : les jeux sur le volume et l’espace, loin de toute représentation conventionnelle de l’accrochage de la peinture.

Yves Michaud rappelle que Claude Viallat ‘peint souvent des surfaces qui sont en réalité des enveloppes d’espaces mises à plat ou encore développées’. Dans Les échelles de Nîmes, entre le positif et le négatif, les lanières de toile et le vide, la forme enosselet devenue la ‘signature’ si reconnaissable de Claude Viallat n’est plus uniformément peinte. L’artiste revisite le thème de l’échelle, un élément (peinture ou objet, en corde, toile ou gaze) qui travaille la mise en rapport du sol et du mur, largement exploité par le mouvement Supports/Surfaces et notamment par Daniel Dezeuze.

Le titre de la série renvoie aux Échelles de Venise, réalisées par l’artiste en 1976, moment où le système pictural de Claude Viallat se complexifie : le tissu est morcelé par l’assemblage de tissu d’origines différentes, le support et ses coutures dictent la composition et la structuration de la toile.

Créées à Nîmes - où l’artiste est né en 1936 et où il vit et travaille aujourd’hui - les nouvelles œuvres donnent à voir l’extraordinaire vitalité, la ‘boulimie’ créatrice de l’artiste au travail, quotidiennement à son atelier. L’exposition fait une fois de plus la démonstration de l’incroyable capacité de Claude Viallat à se renouveler : à partir de la forme abstraite, toujours identique, qu’il répète depuis cinquante ans dans une démarche continue où le support est déterminant,chaque peinture est singulière.

Claude Viallat est à l’origine de la création de Supports-Surfaces, mouvement d’avant-garde artistique, à la fois théorique et politique constitué en 1970, regroupant entre autres Vincent Bioulès, Louis Cane, Daniel Dezeuze, Jean-Pierre Pincemin ou Noël Dolla, qui appela à un renouvellement de l’art par la remise en question des matériaux traditionnels comme la toile et le châssis. Il commence ainsi à travailler sur des bâches industrielles, libres de tous châssis, sur lesquelles il répète à l’infini une même forme abstraite. Répétée au pochoir, dans des couleurs variées et sur des supports divers (tissus d’ameublement, tapis, matériaux de récupération), ce motif annihile la notion de « sujet » et a permis à Claude Viallatde mener une réflexion sur le sens du geste créatif et le statut d’œuvre d’art.

Depuis cinquante ans, Claude Viallat compte parmi les figures majeures de l’art contemporain. Il a représenté la France à la Biennale de Venise en 1988. Son travail est aujourd’hui incontournable et son approche revêt une actualité toute particulière au vu du développement de la jeune scène américaine qui retravaille son héritage (pauvreté du matériau, répétition, exploitation de l’erreur, réflexion sur la surface) mais aussi de la revalorisation du vernaculaire et des pratiques artisanales dans la création contemporaine internationale. Son œuvre est présente dans de nombreuses collections publiques dont celles du Musée National d’Art Moderne de la Ville de Paris, du Mnam - Centre Pompidou, du Moma (New York). Le Musée Fabre à Montpellier lui a consacré une grande rétrospective à l’été 2014. Une grande installation de 1980 de Claude Viallat sera exposée cette année dans le cadre de Art Basel Unlimited 2018.

Infos pratiques
Horaire
du mardi au samedi
11h00-18h00
Adresse
13 rue Veydt
1060 Bruxelles - Belgique
Contact
025371317
brussels@templon.com
Site web
Description
Daniel Templon, alors âgé de 21 ans, fonde la galerie en 1966, rue Bonaparte dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés. D'abord ouverte sous le nom de Cimaise-Bonaparte dans la cave d'un antiquaire, la galerie déménage rapidement à l'étage, avant de déménager en 1972 dans le Marais, rue Beaubourg, à quelques mètres du futur Centre Pompidou. La galerie se fait d'abord fait connaître par son programme autour de l'art conceptuel et minimal : Martin Barré, Christian Boltanski, Donald Judd, Joseph Kosuth, Richard Serra. Dès les années 70, la galerie fait découvrir au public français les grands noms de l'art américain : Dan Flavin, Ellsworth Kelly, Willem de Kooning, Frank Stella, Andy Warhol. Elle s'impose rapidement comme une des galeries de référence dans la promotion de l'art contemporain en France. En 1972, Daniel Templon lance avec Catherine Millet le magazine Art Press. Nombreux sont les artistes, entrés aujourd'hui dans l'histoire, qui ont exposé sur les cimaises de la galerie. En ordre chronologique : Martin Barré, Christian Boltanski, Joseph Kosuth, Ben, Arman, César, Carl Andre, Dan Flavin, Sol LeWitt, Donald Judd, Ellsworth Kelly, Kenneth Noland, Robert Morris, Jules Olitski, Frank Stella, Olivier Mosset, Art & Language, Richard Serra, Roy Lichtenstein, Andy Warhol, Karel Appel, Wilem de Kooning, Helmut Newton, Francesco Clemente, Jörg Immendorff, Julian Schnabel, Lawrence Weiner, Daniel Buren, Jean-Michel Basquiat, David Salle, Robert Mapplethorpe, Robert Rauschenberg, Joel Shapiro, Keith Haring, Peter Halley, James Rosenquist, Robert Longo, Paul Rebeyrolle, Georg Baselitz, Raymond Hains, Eric Fischl, Juan Uslé, Jaume Plensa, George Condo, Ross Bleckner, Chapman brothers, Jim Dine, Richard Long, William Eggleston, Hiroshi Sugimoto, Yayoi Kusama, Richard Deacon, Larry Bell, Guillermo Kuitca, Anthony Caro, Pierre et Gilles. Aujourd'hui la galerie représente une trentaine d'artistes internationaux. Son programme cherche à promouvoir un dialogue entre différentes générations : artistes établis de l'art contemporain "classique", artistes internationaux de milieu de carrière, et expériences de jeunes artistes. La galerie collabore activement avec les musées et institutions pour concevoir des expositions et des publications. Elle poursuit une politique importante de production d'oeuvres et publie régulièrement des catalogues sur ses expositions. La galerie possède trois espaces d'exposition : deux à Paris (30 rue Beaubourg et Impasse Beaubourg) et une galerie à Bruxelles. Elle participe à de nombreuses foires internationales, dont la FIAC depuis 1974 et ART BASEL depuis 1978. La Galerie est membre du Comité des Galeries d'Art et de l'Association Galeries Mode d'Emploi.